Pantalon Short Jonathan Simkhai sWQWNKkWs

SKU8248744255922528
Pantalon - Short Jonathan Simkhai sWQWNKkWs
TROUSERS
Ce site Internet utilise des cookies. Vous pouvez en savoir plus sur les cookies que nous utilisons . En continuant votre navigation sans désactiver les cookies, vous acceptez notre utilisation des cookies.

Beyond Bulls Bears
Pantalon Droit Gieves Hawkes Vert nFV13QS
Jean Droit Classique Bleu Alexander Mcqueen bqK0IFEN2
Aller au contenu
Fonds d'actions

This post is also available in: Anglais Chinois simplifié Allemand Espagnol

Aujourd’hui plus que jamais, nous considérons l’innovation comme le principal moteur soutenant la création de valeur dans l’économie mondiale. En tant qu’investisseurs axés sur la croissance, nous pensons qu’il faut investir dans l’innovation dans tous les secteurs pour avoir le potentiel de surperformer le marché.

Une période d’innovation sans précédent

Selon nous, nous sommes au cœur d’une période d’innovation sans précédent, alors que de nombreuses idées évoluent parallèlement et sont adoptées plus rapidement que nous ne l’avions anticipé. Cela fait écho à la fin des années1800. À l’époque, la maîtrise de l’électricité et l’invention du téléphone et du moteur à combustion interne ont stimulé la croissance dans tous les secteurs.

De nos jours, nous nous réjouissons particulièrement des perspectives portant sur cinq axes performants du point de vue de la technologie et qui commencent à bouleverser cinq industries différentes:

Investir pour l’avenir

Il est d’ores et déjà possible d’investir dans certains des axes énumérés ci-dessus, comme la robotique. La robotique modifie le rôle de la main-d’œuvre humaine pour améliorer la productivité et réduire les coûts de production dans les usines.

Cela dit, il est sans doute pertinent d’attendre encore un peu avant d’investir dans d’autres axes, y compris le séquençage du génome et la blockchain.

Le séquençage du génome pourrait changer le monde. Ce processus implique le décodage de l’ADN d’un patient afin d’identifier des gènes spécifiques qui, à leur tour, pourraient servir à indiquer quels médicaments seraient les plus efficaces pour traiter des maladies comme le cancer. Néanmoins, d’après notre analyse, aucune des sociétés cotées en bourse éditant les gènes n’a jusqu’ici présenté une source de revenus durable ni un médicament sur le point d’être homologué.

Nous attendons également de voir comment la blockchain (un registre numérique décentralisé) va évoluer. Selon nous, il n’y a actuellement aucune opportunité d’investissement attrayante dans la blockchain ou dans les monnaies virtuelles utilisant cette technologie, comme le bitcoin. Néanmoins, cela est susceptible de changer dans les années à venir. De notre point de vue, la blockchain pourrait être utilisée par des sociétés d’assurance de titres ou des marchés boursiers pour réduire le temps nécessaire au transfert de titres hypothécaires ou au règlement de transactions, respectivement. Perspectives d’investissement de la gestion active

En résumé, nous pensons que le temps est venu d’investir dans l’innovation. Les nouveaux axes centrés sur la technologie que nous voyons dans de nombreuses industries sont encourageants. Néanmoins, ils n’évoluent pas au même rythme, ce qui entraîne des opportunités d’investissement décalées dans le temps. C’est la raison pour laquelle nous pensons que la gestion active peut véritablement faire ses preuves en guidant les investisseurs vers ces axes lorsque ces derniers présentent les conditions adéquates pour un investissement judicieux. Nous recherchons notamment des investissements ciblés dans des sociétés évoluant dans des secteurs industriels où les taux de pénétration sont bas et où la structure du marché et les perspectives de monétisation sont bonnes.

Les données de tierces parties peuvent avoir été utilisées dans la préparation de ce document, et Franklin Templeton Investments («FTI») n’a pas vérifié, validé ni audité de manière indépendante ces données. FTI décline toute responsabilité en cas de perte due à l’utilisation de ces informations, et la pertinence des commentaires, des opinions et des analyses contenus dans ces documents est laissée à la seule appréciation de l’utilisateur. Les produits, services et informations peuvent ne pas être disponibles dans toutes les juridictions et sont fournis par les sociétés affiliées de FTI et/ou leurs distributeurs, dans la mesure où la réglementation/législation locale l’autorise. Veuillez consulter votre conseiller financier pour toute information supplémentaire sur la disponibilité des produits et services dans votre juridiction.

Pour recevoir d’autres articles de Franklin Templeton par e-mail, abonnez-vous au blog Beyond Bulls Bears .

Pour suivre de près l’actualité de l’investissement, suivez-nous sur Twitter @FTI_Global et sur LinkedIn .

Quels sont les risques?

Tout investissement comporte un risque, notamment celui de ne pas récupérer le capital investi. La valeur des investissements peut varier à la hausse comme à la baisse, et les investisseurs peuvent ne pas récupérer le montant total investi. Les placements dans des secteurs à forte croissance comme les technologies et la santé (historiquement volatils) peuvent connaître des fluctuations boursières accrues, notamment sur le court terme, en raison de la vitesse de développement des produits et des évolutions des réglementations publiques dans le sillage d’avancées scientifiques ou technologiques ou encore d’approbations réglementaires de nouveaux médicaments et instruments médicaux. Les sociétés à petite et moyenne capitalisation peuvent être particulièrement sensibles aux fluctuations des conditions économiques, et leurs perspectives de croissance sont moins sûres que celles des sociétés de plus grande envergure et mieux établies.

[1] Les technologies de l’internet de nouvelle génération comprennent l’intelligence artificielle, la 5G et la réalité virtuelle et augmentée.

Auteur

Avec la Première Guerre mondiale, et la famine qui suivit, l'ensemble de la population de la Palestine diminua. La communauté juive ne comptait plus alors que 60000 membres.

Pourquoi l’immigration juive a-t-elle augmenté après la 1 ière Guerre mondiale?

Une plus forte immigration : Les troisième et quatrième aliyot amenèrent respectivement 35000 Juifs d’URSS, de Pologne et des pays baltes entre 1919 et 1923 et 82000 juifs des Balkans et du Proche-Orient entre 1924 et 1931 [5] . À la fin de 1931, 174600 Juifs vivaient en Palestine, soit 17% de la population. Durant cette période, 15% de la migration transocéanique juive s’orienta vers la Palestine [6] . Plusieurs raisons expliquent ce changement dans la migration.

Population de la Palestine, 1872-1948

* Les pourcentages indiquent la proportion de la population juive dans la population totale

Sources: Scholch (1985) pour la population arabe entre 1872 et 1882, McCarthy (2001) pour la population arabe entre 1890 et 1948 et Gresh et Vidal (2011) pour les chiffres sur la population juive.

La Déclaration Balfour : À la fin de la Première Guerre mondiale, l’Empire ottoman fut disloqué et la Palestine tomba sous mandat britannique. La Grande-Bretagne était favorable à l’établissement d’un foyer national juif en Palestine. Dans une lettre rédigée en 1917, Lord Balfour exprimait cet accord, tout en garantissant «que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte ni aux droits civils et religieux des collectivités non juives existant en Palestine». La Déclaration Balfour donnait une base juridique à l’immigration juive et ainsi l’encouragea.

La montée de l’antisémitisme et du nazisme : La montée de l’antisémitisme un peu partout en Europe amena encore plus de juifs à émigrer. Parallèlement, l ’Immigration Act de 1924 aux États-Unis ralentit grandement l’immigration en provenance de l’Europe en fixant de stricts quotas par pays. Diverses limitations à l’immigration étaient également instaurées en Europe. Cela explique en partie le choix de la Palestine par les migrants juifs. À partir de 1932, avec la victoire du nazisme en Allemagne et l’intensification de la persécution en Autriche et en Tchécoslovaquie, l’immigra-tion juive en Palestine augmenta drastiquement. Entre 1932 et 1939, la Palestine absorba 247000 nouveaux arrivants [7] , soit 46% de l’immigration juive hors de l’Europe [8] . Dans le contexte politique européen, cette cinquième aliya représentait davantage une fuite qu’un «choix sioniste».

Quelle était la politique britannique vis-à-vis de l’immigration juive?

La politique britannique vis-à-vis de l’immigration juive en Palestine évolua durant la période du mandat, tout comme la réponse des juifs européens à celle-ci.

Une politique favorable de 1919 à 1930 : Les Britanniques étaient favorables à l’établissement d’un foyer national juif en Palestine. Les premiers sionistes sous l’Empire ottoman avaient d’ailleurs pu s’établir dans le pays sous la protection des consulats étrangers, notamment britanniques. Or, avec la hausse de l’immigration durant les premières décennies du XXe siècle, les Palestiniens arabes commencèrent à faire pression sur la Grande-Bretagne, qui se retrouva prise entre deux feux politiques. À partir des années 1930, l’autorité britannique commença à délivrer un nombre de certificats d’immigration inférieur à la demande. Mais le véritable changement d’orientation se produisit en 1939.

Inscrivez-vous à la newsletter mensuelle de Toulouse Métropole !